Les bienfaits de la course à pied pour les muscles

La course à pied est détentrice d’une panoplie d’avantages aussi bien pour le corps que pour l’esprit. Jean Marc Plutau affirme que cette activité physique peut réduire le stress, améliorer la santé cardiaque et aider à réduire les symptômes de la dépression. Et ce n’est pas tout, cette forme de sport est simple et abordable. Il vous suffit d’avoir des espadrilles et des vêtements adaptés. Vous n’avez pas besoin d’équipement ou d’endroit spécial.

Lors de la course, tous les principaux groupes musculaires du corps travaillent et une grande quantité d’énergie est dépensée, ce qui favorise une perte de poids, un renforcement musculaire et un bien être général. La course à pied renforce les systèmes cardiovasculaire et respiratoire, ce qui aide à prévenir les maladies cardiaques et pulmonaires. 

Course à pied, quels avantages pour vos muscles ?

Les muscles ischio – jambiers, qui sont à l’arrière de la cuisse, permettent l’étirement et la contraction du membre inférieur. Ils sont composés du semi-membraneux, du semi-tendineux et du biceps fémoral. Dans le mouvement de contraction, ils stabilisent le genou, étendent la hanche et absorbent, avec les quadriceps, tout le poids du corps qui est déchargé au sol. La consolidation du corps passe également par les fléchisseurs de la hanche, un groupe de muscles dans lequel l’iliopsoas joue un rôle important, et par les fesses, les tissus musculaires qui ont besoin d’un bon entraînement pour garder la colonne vertébrale bien droite et pour soutenir l’action du noyau.

Enfin, en descendant jusqu’à la cheville, nous trouvons les tissus qui forment le mollet. Les coureurs qui courent à l’avant-pied doivent bien se réchauffer afin de fournir la bonne force aux jumeaux et au soléaire, trois tendons qui activent la flexion du pied ou du genou et qui fusionnent dans le tendon d’Achille.

Il est à noter qu’il y a des muscles qui, même s’ils ne sont pas directement impliqués, jouent un rôle de soutien pendant la course : les biceps brachiaux, les triceps et le tronc. Les deux premiers groupes permettent aux bras de se plier de près de 90 ° lors d’une action dynamique et de se déplacer de manière coordonnée avec les jambes. Les muscles du tronc, cependant, sont activés à chaque étape de la course. 

Jean Marc Plutau stipule que chaque groupe musculaire joue un certain rôle dans la course. Par conséquent, chaque tissu doit être entraîné et nécessite un échauffement adéquat avant d’effectuer la course ou l’exercice requis par le plan d’entraînement. C’est le seul moyen d’améliorer les performances et d’éviter les problèmes physiques désagréables.

Mise en garde 

Ne faites jamais de la course l’estomac plein. Vous pouvez commencer après une heure et demie à deux heures et demie après avoir mangé, selon la densité de l’apport alimentaire ;

L’échauffement est très important, car le risque de blessures est très élevé. Le but de l’échauffement est de préparer le corps pour qu’il devienne plus flexible.

Ne vous arrêtez pas brusquement pendant ou après la course. C’est très mauvais pour le cœur. Si vous vous sentez fatigué ou mal à l’aise, ralentissez lentement.

About the author: appareil-musculation