Escrime : les différentes armes

Si vous souhaitez débuter en escrime, il vous faudra choisir entre différentes armes : épée, sabre ou fleuret. De plus, vous devrez faire l’acquisition d’un certain nombre d’équipements obligatoires. Alexandre Dallenbach, pentathlète franco-suisse qui pratique notamment l’escrime, nous présente les différentes armes de ce sport.

 

L’escrime se compose de trois types de pratique : l’épée, le fleuret et le sabre. Présentation.

L’épée

C’est l’arme la plus accessible car la zone de touche se situe sur tout le corps. De plus, les actions sont relativement plus lentes que les autres armes et il n’y a pas de convention (absence d’un système de priorité dans l’attribution des touches si les deux tireurs se touchent en même temps). C’est-à-dire que lorsque les deux tireurs touchent en même temps, ils marquent tous les deux un point. Pour le public, c’est une discipline plus facile à suivre.

L’épée mesure 110 cm de long et pèse 770 grammes maximum. La lame, de base triangulaire, mesure 90 cm et ses bords ne sont pas coupants. Pour marquer une touche, il faut toucher l’adversaire avec la pointe de l’épée qui fonctionne comme un interrupteur qui permet le passage du courant électrique (qui indique la touche) grâce à une pression supérieure à 750 grammes.

Enfin, la coquille de l’épée, c’est-à-dire la garde, protège la main. Elle ne doit pas dépasser un diamètre de 13,5 cm. Elle est également isolée pour ne pas conduire le courant et risquer de compter comme une touche.

Le fleuret

Comme l’épée, c’est une arme d’estoc, c’est-à-dire que le tireur touche avec la pointe, et de convention. Sa lame est de base carrée. Le fleuret est une arme plus légère que l’épée. Elle pèse 500 grammes pour une longueur de 110 cm.

L’aire de touche se limite au tronc. La tête n’est pas une zone de touche valide car, à l’origine, le masque n’existait pas et les coups portés dans cette zone étaient donc dangereux.

Au fleuret, il faut que le tireur exerce une pression de 500 grammes pour activer la lampe qui indique la touche.

Le sabre

Cette arme est très différente des deux autres, car le tireur peut toucher avec la pointe mais également avec le tranchant et le contre-tranchant. Bien évidemment, on parle ici de faux tranchant. C’est aussi une arme de convention. Elle répond donc à la règle de la priorité. C’est celui qui engage l’attaque qui marque le point en cas de double touche, sauf exception particulière (cible manquée, parade, etc.).

Le sabre est également une arme très légère : 500 grammes pour 105 cm de long.

La zone valable englobe le tronc et la tête. Elle est héritée des charges de la cavalerie, dont le sabre était l’arme principalement utilisée. En effet, lorsqu’ils se battaient à cheval, les cavaliers ne pouvaient pas frapper en dessous des hanches. Ils se limitaient donc au tronc et à la tête.

 

Grâce aux descriptifs précis d’Alexandre Dallenbach vous pouvez maintenant faire votre choix entre les différentes armes et pratiques que propose l’escrime.

About the author: appareil-musculation